Présentation


« M. Paul Léautaud, qui se livre également à ses exercices sous le pseudonyme de Maurice Boissard, crache sa bave sur tout ce qu’il y a au monde de noble, de pur, de grand, sur la religion, sur la patrie, sur les idées d’honneur, de sacrifice, de vertu ; de sa pauvre cervelle ne germent que des raisonnements rudimentaires, et il se vautre dans son immondice morale. Et par ailleurs ce triste sire a reçu en partage un goût littéraire étroit et court, mais assez juste ; et sa répulsion à l’égard de tout ce qui est emphase, enflure, grandiloquence, lui a maintes fois inspiré, dans ce style alerte où il excelle, des pages de critique mordante et qui mord bien. »

Roger de Planhol dans La Nouvelle Lanterne de juillet 1927


Paul Léautaud (1872-1956) a tenu son Journal littéraire de 1893 jusqu’à sa mort au début de 1956.

Travaillant comme secrétaire de rédaction au Mercure de France (maison d’édition et revue) de 1908 à 1941, Paul Léautaud rencontre quotidiennement nombre d’auteurs et note au quotidien ses conversations et tout ce qu’il entend ou voit. C’est là l’aspect littéraire de son Journal et il constitue une somme incomparable de témoignages sur la littérature de la première moitié du XXe siècle.

Pour le reste, de très nombreux passages n’ont pas grand-chose à voir avec la littérature et l’on peut retenir deux autres sujets principaux : les animaux (jusqu’aux années 1920) et ses amours tumultueuses (bien plus longtemps).

En volume, le Journal de Léautaud est le plus important journal de la littérature française, dépassant le Journal des Goncourt d’environ un tiers.

Le but de ces pages est de mettre à disposition les informations sur ce personnage et son Journal tous deux hors-normes, à l’occasion de l’édition complète de ce Journal que je suis en train de réaliser. De nouveaux éléments seront donc ajoutés au fil des jours.

L’image d’en-tête est de Claude-Henri Fournerie.

N’hésitez pas à laisser des commentaires via le bouton « laisser un commentaire » au bas de cette page. Le système de filtrage de WordPress étant parfois un peu trop sélectif, si vous ne recevez pas de réponse dans la journée le plus sûr est d’utiliser la messagerie paul tiret leautaud chez outlook point com. Ça fait toujours plaisir.
Je ne suis pas sur les réseaux sociaux ni tous ces machins-là.
Je ne suis pas non plus spécialiste de littérature provençale ; c’est quelqu’un d’autre, que je ne connais pas, sans doute très bien aussi, que je salue au passage.

Michel Courty

Ce site Web est issu du blog leautaud.blog.lemonde.fr/ à la suite de la suppression par Le Monde de son service de blogs pour ses abonnés. Voir Histoire de ce blog.