Présentation

Mauvaise naissance, mauvaise famille, mauvaise enfance, mauvaises études, mauvaise jeunesse, mauvais emplois, mauvaise nourriture, mauvais vêtements, mauvais logement, mauvais bureau, mauvaises liaisons, mauvais amant, mauvaise santé, mauvaise fortune, mauvais talent, mauvais succès, mauvaise réputation, mauvais caractère, mauvais moral, mauvaise vieillesse… Je crois bien que me voilà peint au complet de ma naissance à aujourd’hui 23 mars 1931, cinquante-neuf ans, deux mois et cinq jours. Peu à espérer que cela s’améliore.

« Mots, propos et anecdotes », Nouvelle revue Française, juillet 1931.


Note : L’auteur de ce site est âgé. Il doit songer à passer la main. Voyez la page https://leautaud.com/transmission/


Paul Léautaud (1872-1956) a tenu son Journal littéraire de 1893 jusqu’à sa mort au début de 1956.

Travaillant comme secrétaire de rédaction au Mercure de France (maison d’édition et revue) de 1908 à 1941, Paul Léautaud rencontre quotidiennement nombre d’auteurs et note le soir tout ce qu’il a entendu ou vu. C’est là l’aspect littéraire de son Journal et il constitue une somme incomparable de témoignages sur la littérature de la première moitié du XXe siècle.

Pour le reste, de très nombreux passages n’ont pas grand-chose à voir avec la littérature et l’on peut retenir deux autres sujets principaux : les animaux (jusqu’aux années 1920) et ses amours tumultueuses (bien plus longtemps).

En volume, le Journal de Paul Léautaud est le plus important journal de la littérature française, dépassant le Journal des Goncourt d’environ un tiers.

Le but n’est pas de convaincre de nouveaux lecteurs mais d’apporter de nouvelles informations sur ce personnage et son Journal tous deux hors-normes, à l’occasion de l’édition complète de ce Journal que je suis en train de réaliser. De nouveaux éléments seront donc ajoutés le premier et quinze de chaque mois.

L’image d’en-tête est de notre ami Maxime Hoffman, qui l’offre.

N’hésitez pas à envoyer un commentaire, ça fait toujours plaisir.
Je ne suis pas sur les réseaux sociaux ni toutes ces choses-là.
Je ne suis pas non plus spécialiste de littérature provençale ; c’est quelqu’un d’autre, que je ne connais pas, sans doute très bien aussi, que je salue au passage.

Michel Courty

Ne pas laisser de commentaire en cliquant sur le bouton « laisser un commentaire » ci-dessous. L’hébergeur américain qui ne comprend pas un mot de français considère toujours ces commentaires comme malveillants (ils le sont peut-être) et les supprime automatiquement sans qu’il aient pu être lus — ce qui est évidemment dommage. Si vous voulez protester, envoyez plutôt un message via la page « Contact ». Réponse assurée dans la journée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s