Table du Mercure

Le fichier Excel librement téléchargeable au bas de cette page propose aux chercheurs une table générale des Mercure de France depuis le numéro du premier janvier 1890 jusqu’à  juin 1940, dernier numéro du Mercure de la guerre avant la reprise de décembre 1946.

Que les choses soient claires, ce document est libre de droits. Chacun peut donc en disposer à sa guise sans qu’il soit nécessaire d’en préciser la source.

Cette table sera ensuite mise à jour au fil des mois et des erreurs qui nous seront signalées, les mises-à-jour étant indiquées ici. Merci donc pour la collaboration de chacun.

Il ne s’agit pas d’une compilation des tables parues dans chacun des numéros du Mercure, (qui ne sont d’ailleurs pas toutes disponibles) mais d’une reprise complète, numéro par numéro, article par article et auteur par auteur.

L’ensemble compte 27 700 lignes. Il a nécessité neuf mois de travail samedis et dimanches compris, entre février et octobre 2020.

Les tomes comprennent deux, trois ou quatre numéros selon les époques. Dans la revue, la numérotation des tomes est indiquée en chiffres romains. Par commodité pour les utilisateurs peu rompus au déchiffrage des chiffres romains, une colonne « Tome arabe » a été ajoutée. Il existe sous Excel la fonction « =ROMAIN() », qui n’a pas toujours été utilisée.

Les titres et les signatures indiqués ici ont été reportés tels qu’ils sont lisibles dans le Mercure. Les fautes évidentes ont été corrigées, les doutes ont été laissés, un point d’interrogation l’indiquant parfois. La graphie du Mercure a le plus souvent été respectée.

Les NOMS DES AUTEURS, parfois fautifs dans le Mercure, ont été laissés tels par crainte d’une homonymie, l’utilisateur de cette table générale étant parfaitement à même de rectifier. Les signatures, par exemple, pour un même auteur ne sont pas toujours uniformes, le prénom étant parfois indiqué en entier, parfois abrégé. Nous laissons selon la signature du Mercure avec parfois une indication en colonne « Commentaires ». Cette abréviation du prénom entraînera évidemment une position différente en cas de tri par nom et prénom, qui sera souvent opéré par le chercheur. On se méfiera de certaines graphies, comme Tourgueneff.

Il est nécessaire de prendre en compte le fait — aussi surprenant qu’il puisse paraître — que le nom des auteurs tel qu’il a été noté dans le Mercure est parfois fautif, et suffisamment souvent pour qu’il paraisse nécessaire de le noter ici. C’est pourtant cette graphie, variable d’un numéro à l’autre, qui a été retenue dans les nombreux cas où aucune certitude n’a pu être dégagée.

Les TRADUCTEURS sont ici des auteurs Mercure (188 textes). Louis Fabulet nous a intéressé davantage que Rudyard Kipling. Le nom de l’auteur véritable apparaît dans la colonne Commentaires.

Les noms de certains auteurs ont parfois été incomplètement donnés dans le Mercure. Ainsi on trouvera un Michel de Gramont et un Michel Dumesnil de Gramont qui sont la même personne. Mais le tri sera à Gramont et à Dumesnil.

Les particules « de » dans les noms des auteurs ont été indiquées après le prénom et ne seront donc pas prises en compte dans un tri par nom.

Les « van » (Pays-Bas) ou « von » (Allemagne) ont été placés avant les noms et seront donc pris en compte dans un tri par nom.

Pour ceux qui ne sont pas nécessairement très familiers des tris sous Excel, voir la page Le tri de la table des Mercure.

Des signatures abrégées ont parfois été utilisées pour certains textes courts, comme il est d’usage dans les journaux. Prenons le Mercure du premier octobre 1937. Page 206, la rubrique « Bibliographie politique » comprend trois textes. Le premier est signé Émile Laloy, le deuxième Nicolas Brian-Chaninov et le troisième E. L. Nous comprenons bien que ces initiales sont celles d’Émile Laloy mais c’est ainsi qu’est la signature et elle est laissée telle.

LES RUBRIQUES rédigées à plusieurs auteurs, comme certaines rubriques de critiques littéraires ont été dédoublées (une ligne par auteur de la critique), à l’exception de l’affaire de Glozel. Le numéro de page indique néanmoins toujours le début de la rubrique. Ce dédoublement n’a été opéré que pour les deux ou trois principales critiques, les notules ayant été négligées.

Uniformisation des titres des rubriques pour le tri. Un exemple : vers 1896 la rubrique “Roman”, de Rachilde (jusqu’en 1924) est devenue la rubrique “Romans”. Pour le tri, ce titre a été uniformisé en “Roman”. À l’inverse la rubrique “Théâtres” a été uniformisée en “Théâtre” à cause des titres Théâtre d’art, Théâtre d’application ou Théâtre de L’Oeuvre, dont le Mercure a été longtemps proche. La rubrique “Poèmes” a été uniformisée en “Les Poèmes” afin de ne pas confondre avec les titres de certains poèmes (Poème à Lou, Poèmes d’automne…). La séparation des Le, La, Les a aussi réglé le problème du tri pour “Romans” ou “Les Romans”.

Les Échos n’ont pas été détaillés. Cette rubrique, toujours en fin de numéro, est particulièrement riche. Seules les notices nécrologiques en ont parfois été distinguées dans la colonne “commentaires”.

LES DATES AVANT 1900 sont considérées par Excel comme du texte et ne peuvent donc être triées comme des dates (le tri s’opérant alors dans l’ordre des jours, quelque soient les mois et les années). La colonne “A” est donc à utiliser prioritairement.

Il y a deux mises en forme des dates, celle indiquant “Janv 1900” (sans point après Janv) et celle indiquant “01/01/1905”. Cette seconde graphie est rendue obligatoire par le fait que, de 1905 à novembre 1939 (hors les seize premiers mois de la guerre de 14-18) il y a deux numéros par mois. À partir de novembre 1939 la graphie “Nov 1939” a pu de nouveau être utilisée. Un tri par dates après janvier 1900 reste toujours opérant ; quelle que soit la mise en forme des dates, elles restent des dates pour Excel.

Les caractères spéciaux, comme les œ, ou æ malcommodes à saisir dans l’outil de recherche (Ctrl+F) d’Excel, n’ont pas été employés. On pourra donc taper Koenigsmark, Goethe ou Amoenitates belgicae directement dans cet outil de recherche.

LES ITALIQUES ont souvent été remplacés dans les titres en capitales par des paires de guillemets, l’imprimeur de l’époque ne disposant pas de capitales italiques de grande taille. C’est ainsi que l’on peut voir « À propos des « Pensées » de Pascal » ou « Art officiel et art « dégénéré » à Munich » Nous laissons.

Les LE, LA, LES et L’ des titres sont dans une colonne séparée. Les Un, Une, Des, n’ont pas été séparés.

Pour une meilleure cohérence des tris, les guillemets ont été supprimés au début des titres. Le « Balzac » de Rodin est devenu Le Balzac de Rodin.

Pour les dix-sept TITRES COMMENÇANT PAR « M. », le « M. » a été supprimé. Ainsi M. Anatole France et la pensée contemporaine a été remplacé par Anatole France et la pensée contemporaine. Un tri le classera à son prénom. Dans cette catégorie, quatre titres commençant par de (après suppression des “M.”) ont vu ce de supprimé : de Boufflers, de Montyon, de Talleyrand et de Voltaire se retrouveront, en cas de tri, à la place où on les attend. Un seul titre commençait par « Mlle » : Mlle Camille Claudel, que l’on retrouvera à Camille.

Par contre, les titres commençant par Madame ou Monsieur en toutes lettres ont été laissés tels. Il n’était pas envisageable d’amputer Madame Bovary et nous avons bien l’habitude de Madame de Sévigné. Nous n’avons pas voulu effecteur de choix. Dix titres commencent par Monsieur, il s’agit toujours de titres de romans ou nouvelles, comme Monsieur X, de Pierre Quillard. Ils ont donc été laissés tels, comme, évidemment, M’sieu Dhéaume, de Gabriel Nigond.

Les apostrophes droites d’Excel : « ‘ », utilisées par défaut dans Excel et dans sa fonction de recherche (par Ctrl+F) sont différentes des apostrophes courbes de Word : « ’ » (le code ASCII est différent). L’outil de recherche d’Excel renseigné depuis un copier/coller issu de Word ne trouvera donc aucune occurrence.

Des commentaires ont parfois été portés dans une colonne un peu fourre-tout. Ils indiquent parfois une traduction ou dévoilent un pseudonyme. Ce ne sont que des indications.

Les couleurs séparent les tomes et les numéros.

Les erreurs. Il y en a.

Ne pas hésiter à effectuer plusieurs recherches : les “Lettres anglaises” sont parfois apparues dans le Mercure comme “Lettres anglo-américaines” ; les “Lettres finlandaises” comme “Lettres finnoises” mais aussi dans les “Lettres scandinaves” selon les époques. La graphie du Mercure a toujours prévalu, même si nous avons normalisé “Yougo-slave” ou “Tchéko-slovaque” en supprimant des traits-d’union, comme à “Folk-lore”. On se méfiera aussi des graphies anciennes comme la “Lithuanie” ou “Le Freyschütz” (opéra de Weber).

Enfin toute correction qui nous sera signalée sera effective dès le lendemain au plus tard.

Dernière mise à jour1 le 23 décembre 2020 (le dernier chiffre donne le numéro de la version depuis le quinze décembre 2020) :

Le premier avril sera donné dans cette même page une version plus complète, incluant les numéros jusqu’à janvier 1955.


1.      Concernant les mises à jour, il y a celles issues des demandes de précision des utilisateurs et celles qui proviennent de notre propre utilisation. Ces mises à jour sont nombreuses et parfois pluriquotidiennes. Lorsqu’après plusieurs jours l’ensemble paraît conséquent, la table mise à jour est publiée.